Avertir le modérateur

17/04/2008

Astéroïde meurtrier : l’adolescent surdoué s’est trompé

Un petit génie de 13 ans qui corrige les calculs de la Nasa, info ou intox ? Nico Marquardt, lycéen allemand, prétendait avoir relevé une grosse erreur de l’Agence spatiale américaine sur la probabilité de collision d’un astéroïde avec la Terre. Lors d’un concours scientifique régional, le jeune garçon avait estimé à 1 sur 450 le risque d’un impact, que la Nasa évaluait à 1 sur 45 000... L’Agence américaine a affirmé aujourd’hui qu’elle maintenait ses chiffres, et que le jeune garçon s’était trompé dans ses calculs.

9f2f056a74eaa32633003207313c640e.jpg
(Photo : Nasa/Archives)

Finis, la panique et les propos exagérément alarmistes sur la fin du monde prévue pour 2036 : Dwayn Brown, porte-parole de la Nasa, vient de déclarer dans un communiqué que les scientifiques de l’Agence n’avaient commis aucune erreur, et n’avaient « pas changé leur estimation actuelle de la très faible probabilité (1 sur 45 000) d’une collision de l’astéroïde avec la Terre en 2036 ».

Le jeune Nico Marquardt, 13 ans à peine, aura pourtant réussi, en moins de 48 heures, à semer l’affolement et l’inquiétude sur la toile, y compris sur les sites d’information en continu les plus sérieux. Il faut dire qu’il en avait de l’allure, ce tout jeune adolescent qui faisait la leçon aux savants les plus pointus. Selon le lycéen, l’Agence spatiale américaine avait oublié un facteur de poids : le risque de collision de l’astéroïde, baptisé Apophis, avec l’un des 40 000 satellites qui entourent la Terre, lors de son passage près de notre planète, prévu pour le 13 avril 2029. Si un tel impact avait lieu, la trajectoire d’Apophis serait considérablement modifiée, et l’astéroïde pourrait s’écraser sur la Terre à son prochain passage, en 2036.

La Nasa et le petit surdoué en étaient arrivés à la même conclusion : en cas de collision, l’astéroïde de 21 millions de tonnes (300 milliards selon le quotidien local allemand Potsdamer Neueste Nachrichten, qui a rapporté l’information) sombrerait dans l’Océan atlantique. Le choc provoquerait des raz-de-marée destructeurs, tandis que l’atmosphère serait envahie de masses très denses de poussière. Il n'en fallait pas plus pour que la rumeur se répande comme une traînée de poudre sur le Net, atteignant des proportions démesurées malgré les doutes exprimés par la communauté scientifique (voir les articles de Libération et du Figaro).

Aussi, en deux jours, a-t-on annoncé successivement, et le plus sérieusement du monde, que le lycéen disait vrai, que l’ESA (l’Agence spatiale européenne) lui avait d’ailleurs donné raison, et enfin que la Nasa, mise en relation avec le petit génie, avait reconnu son erreur. Mais là encore, tout était faux. La Nasa n’a jamais publié de communiqué affirmant qu’elle s’était trompée, et son porte-parole Dwayn Brown vient d’affirmer : « Contrairement à certaines informations de presse, les services de la Nasa impliqués n’ont pas été contactés et n’ont eu aucune correspondance avec un jeune étudiant allemand, qui prétend que la probabilité d’un impact est bien plus élevée que les estimations actuelles. » On ne le répétera jamais assez : la vigilance et l’esprit critique restent encore le plus sûr moyen pour ne pas crier trop tôt à la fin du monde…

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu